les Portes du temps : forteresse de Salses

les Portes du temps : forteresse de Salses

2009 et 2010

Intervenants d’Oscura : Jean-Michel Galley, Gisèle Lafforgue, Séverine Péron, Gemma Roset, Jérôme Ricolleau, Elisa Towns

1/ Les Portes du temps
Les Portes du temps transforment durant l’été les sites patrimoniaux en terrains d’aventures culturelles et artistiques pour les jeunes habitants des zones urbaines sensibles. Initiées par le Ministère de la Culture et de la communication, Les Portes du temps sont organisées en partenariat avec le secrétariat d’État à la Politique de la Ville et l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé), dans le cadre des objectifs communs en faveur de la cohésion sociale, de l’intégration et de l’accès des publics défavorisés à la culture. Les fédérations d’éducation populaires sont très impliquées avec un large réseau d’établissements publics pour cette mobilisation des jeunes.

2/ les Portes du temps à la forteresse de Salses
Clef du Roussillon, La forteresse de Salses est le théâtre des Portes du temps dans les Pyrénées Orientales. Dans ce dédale truffé de surprises et d’inventivité, l’objectif fût d’allier à la fois une sensibilisation au monument et des pratiques créatives autour de l’image. Côté sténopé, la première séance commençait par le passage dans la caméra obscura installée dans la tour de guet. Cette chambre noire géante permit d’observer le phénomène de la formation de l’image. Volumes, matières, formes et paysages ont été des thèmes qui incitèrent à découvrir les caractéristiques de la forteresse. Ces notions furent aussi des critères qui orientèrent les prises de vue.

La traversée de la forteresse a été à la fois corporelle et historique. Les jeunes l’ont éprouvé successivement avec une guide* et les intervenants. Ces derniers, l’association Oscura et « 36 vues production » ont mis en place avec les adolescents une production artistique tout au long des 5 jours de chaque session. En 2010, la production fut basée sur le sténopé d’une part (la boite percée d’un trou) et la vidéo d’autre part (souvent à partir d’images numériques montées en séquence).

A la fin de chacune des six semaines, les jeunes ont convié leurs amis et parents à découvrir la forteresse, les travaux effectués et les pratiques utilisées.

*Amélie Megret, guide-interprète national